Massages

Masseur bien-être auto-entrepreneur : un statut avantageux ?

Quand on souhaite devenir masseur bien-être professionnel, la question du statut officiel se pose. Pour vivre de votre activité de masseur, vous devez être en mesure de facturer vos services à vos clients et de déclarer vos revenus à l’État. Une telle activité peut se mener sous différents statuts, mais celui de masseur bien-être auto-entrepreneur est souvent privilégié pour sa rapidité et sa simplicité. Explications.

Masseur bien-être : les avantages de l’auto-entrepreneuriat

L’auto-entrepreneuriat est un statut qui existe depuis 2009. Il permet à n’importe qui d’ouvrir une microentreprise individuelle en quelques minutes sur Internet. Vous obtenez ainsi un numéro de SIRET qui vous permet d’émettre des factures officielles pour vos clients et de déclarer vos revenus à l’URSSAF. Vous cotisez donc aux différentes assurances sociales et l’État vous considère comme un travailleur indépendant.

Pour les masseurs, c’est un statut particulièrement intéressant. Il leur permet de gérer eux-mêmes leur activité sans dépendre d’un salon. En plus, on peut tout à fait travailler comme auto-entrepreneur en plus d’un travail de salarié. On utilise donc souvent ce statut pour organiser une transition entre son travail de salarié et son travail de masseur indépendant.

Attention tout de même : certains salons de massage réputés exigent l’exclusivité des services de leurs salariés. Vous n’avez donc pas le droit de masser ailleurs, que ce soit à votre compte ou non. Si votre travail de salarié n’a rien à voir avec les massages, alors vous ne courez aucun risque. Un employeur ne peut exiger l’exclusivité qu’à l’intérieur d’un même secteur d’activités.

Comment devenir masseur auto-entrepreneur ?

Pour devenir masseur bien-être auto-entrepreneur, vous devez commencer par devenir auto-entrepreneur. Pour cela, la démarche est toujours la même, quelle que soit votre activité. Vous devez vous rendre sur le site officiel de l’URSSAF pour les auto-entrepreneurs. L’ensemble des démarches ne prend que quelques minutes, mais vous devrez attendre parfois plusieurs semaines avant que votre demande ne soit traitée.

En revanche, la nature de votre activité influence le contenu exact de vos démarches. En ouvrant votre microentreprise, vous devez déclarer un domaine d’activité, ce qui influencera votre statut et le taux de vos cotisations. Attention à ne pas vous tromper ! Pour être sûr de ne commettre aucune erreur, vous pouvez utiliser les informations du Portail Auto-Entrepreneur pour les masseurs bien-être auto-entrepreneur.

Une fois que l’URSSAF et l’INSEE auront validé toutes vos démarches, vous pourrez commencer à facturer vos clients et à déclarer vos revenus à l’État (par le biais de l’URSSAF). Vous pourrez donc masser qui vous voulez quand vous voulez et recevoir un paiement officiel en échange.

URSSAF et comptabilité : les bases de l’auto-entrepreneuriat

Une fois que vous avez lancé votre activité, vous devez impérativement respecter quelques obligations.

La comptabilité

D’abord, vous devez veiller à garder une comptabilité claire et transparente. Les contrôles fiscaux des auto-entrepreneurs sont très rares, mais en tant que microentreprise, vous devez vous y préparer. Chacun de vos massages recevant un paiement doit laisser une trace. On conseille donc d’émettre une facture par massage, même si vous ne la donnez pas au client. Vous avez aussi tout intérêt à écrire dans un cahier tous les massages que vous faites avec la date, le nom du client et le montant.

Comment émettre une facture ?

Vous devez impérativement apprendre les règles de facturation. Pour qu’une facture soit valide, elle doit contenir de nombreuses informations concernant votre entreprise :

  • Votre nom et votre prénom (qui correspondent au nom de l’entreprise dans le cas de l’auto-entrepreneuriat).
  • L’adresse officielle de votre entreprise que vous avez transmise à l’URSSAF.
  • Votre numéro de téléphone et une adresse mail.
  • La phrase suivant : «Dispensé d’immatriculation au registre du commerce et des sociétés (RCS) et au répertoire des métiers (RM) en application de l’article L.123-1-1 du Code du commerce». Elle s’applique à toutes les microentreprises.
  • Les informations de la facture : numéro de facture, date d’émission, date de la prestation et les modes de paiement possibles.
  • Les informations du client : au minimum son nom et son prénom. S’il s’agit d’une entreprise, vous devez inscrire son adresse, son numéro de SIRET, son numéro RCS et son numéro de TVA Intracommunautaire. Pas de panique si vous ne comprenez pas bien ! Les entreprises qui solliciteront vos services ont l’habitude et vous n’avez qu’à leur demander tous les renseignements nécessaires pour que la facture soit valide. Elles sauront quoi vous donner.
  • Le contenu de la facture : le type de massage, la quantité que vous vendez (dans le cas d’un forfait par exemple), le prix à l’unité et le prix total.
  • En bas de la facture, vous pouvez faire le total. Pensez à bien distinguer le total hors taxes (H.T.) du total toutes taxes comprises (T.T.C.). Les micro-entrepreneurs sont dispensés de la T.V.A. tant qu’il ne dépasse pas un niveau de revenus annuels. Au-dessous de votre total H.T., inscrivez donc : «TVA non applicable (art 293 b du CGI)». Vous pourrez alors inscrire un « net à payer » identique au total H.T.
  • N’oubliez pas d’inscrire clairement vos règles en cas de retard de paiement.
  • Donnez vos coordonnées bancaires.
  • Terminez avec les informations officielles de votre entreprise : son nom (votre nom et votre prénom), son numéro de SIREN et son numéro de SIRET.

Pour vous aider à y voir plus clair, vous pouvez chercher des modèles de factures pour micro-entrepreneur sur Internet. Nous vous en plaçons en un juste au-dessous de ce texte. Considérez-le comme un exemple complet, mais n’hésitez pas à le modifier pour qu’il convienne mieux à votre activité. Gardez simplement toutes les informations essentielles.

masseur bien-être auto-entrepreneur
Une facture type pour auto-entrepreneur dont vous pouvez vous inspirer

Déclarer ses revenus à l’URSSAF

Une fois que vous tenez correctement votre comptabilité et que vous facturez vos clients sans rien oublier, vous n’avez plus qu’à déclarer vos revenus à l’État. Pour cela, vous devez passer par le site officiel de l’URSSAF.

Au début de chaque mois, vous devez vous y rendre et vous connecter sur votre espace personnel. Vous pourrez alors déclarer vos revenus en remplissant un formulaire très simple. L’URSSAF calculera automatiquement vos cotisations. Pensez bien à valider votre déclaration et à valider le paiement ! Si vous oubliez la deuxième étape, l’URSSAF ne vous prélèvera pas et vous enverra une relance avec majoration.

Si vous le souhaitez, vous pouvez aussi opter pour une déclaration trimestrielle au lieu de la déclaration mensuelle. Vous ferez moins de déclarations à l’URSSAF, mais vous devrez tenir une comptabilité précise pour ne pas avoir de mauvaises surprises quand l’organisme vous prélèvera trois mois de cotisation d’un coup.

Tenir une comptabilité précise est essentiel pour ne pas dépenser de l’argent que vous devez à l’URSSAF. Pensez donc toujours à intégrer le délai d’un mois entre vos revenus et le prélèvement des cotisations. À titre d’exemple : vous déclarez début avril l’argent que vous avez gagné au cours du mois de mars, mais l’URSSAF ne prélèvera ces cotisations que le 1er mai. Vous devez veiller pendant tout le mois d’avril à ne pas dépenser l’argent que vous devez à l’URSSAF et dont vous connaissez le montant précis.

Quels sont les autres statuts possibles pour un masseur bien-être ?

Le statut d’auto-entrepreneur est aujourd’hui le plus courant chez les masseurs bien-être, mais ce n’est pas le seul. On peut tout à fait exercer ce métier toute sa vie en tant qu’employé dans un salon. Dans ce cas-là, vous bénéficiez d’un statut classique de salarié. Vous avez un salaire fixe qui ne dépend pas du nombre de massages que vous faites dans la journée, même si certains rares salons appliquent des systèmes de commission.

Enfin, si vous voulez devenir propriétaire de votre propre salon et avoir des salariés à votre service, vous devez ouvrir une entreprise plus classique (SARL, SAS, SASU, etc.). En tant que micro-entrepreneur, vous pouvez louer un local commercial et ouvrir un salon, mais vous ne pourrez pas embaucher de salariés. En revanche, vous pourrez faire appel aux services d’autres auto-entrepreneurs pour qu’ils viennent travailler dans votre local s’ils le souhaitent.

Quel est le meilleur statut pour une reconversion en masseur bien-être ?

Si vous avez déjà actuellement un travail de salarié et que vous souhaitez devenir masseur bien-être, le statut d’auto-entrepreneur reste le plus intéressant.

D’abord, parce que vous avez le droit de cumuler un travail de salarié en plus de votre activité d’auto-entrepreneur. Ensuite, parce qu’ouvrir votre microentreprise est entièrement gratuit et ne prend que quelques minutes.

Enfin, parce que vous ne payez de taxes et de cotisations qu’à condition d’avoir des revenus. Si vous ne gagnez rien pendant un mois, l’URSSAF ne vous réclamera rien. N’oubliez tout de même pas de faire votre déclaration, même si vous déclarez un chiffre d’affaires de 0 €.

Le statut d’auto-entrepreneur est idéal pour une transition progressive vers votre nouvelle activité de masseur bien-être.

Qui a le droit de faire des massages bien-être ?

L’État français ne réglemente pas le métier de masseur bien-être. Vous n’avez donc besoin d’aucun diplôme pour l’exercer. En revanche, les différentes fédérations de massage bien-être se sont organisées pour mettre en place des formations certifiantes. On recommande fortement aux aspirants masseurs bien-être auto-entrepreneur d’obtenir ce certificat. Cela permet d’encadrer mieux la profession, de rassurer vos clients et d’assurer la qualité de vos services.

Pour en apprendre plus sur le métier de masseur, vous pouvez lire l’article que nous avons rédigé à ce sujet ici. Si vous souhaitez en savoir plus sur les formations aux massages bien-être, c’est ici.

Quel budget pour ouvrir son salon de massage bien-être en auto-entrepreneur ?

Le budget pour ouvrir son salon de massage bien-être peut varier énormément en fonction de votre projet. Cela peut vous coûter moins de 100 € ou plusieurs centaines de milliers d’euros !

En tant qu’auto-entrepreneur, vous pouvez choisir d’installer votre salon de massage bien-être dans un local commercial. Dans ce cas-là, le bail commercial ou l’achat des murs vous coûteront plusieurs dizaines de milliers d’euros. Le prix variera évidemment en fonction du lieu et de la superficie du local.

Ensuite, vous devez aussi prendre en compte les coûts d’installation puisque des travaux seront toujours nécessaires pour transformer un local commercial en salon de massage bien-être. Voilà pourquoi de plus en plus de masseurs bien-être auto-entrepreneur ouvrent leur salon directement chez eux ou se contentent de proposer à leurs clients des massages à domicile.

Ouvrir son cabinet de massage chez soi

Ouvrir son salon de massage bien-être en tant que masseur-bien-être auto-entrepreneur directement chez soi est une solution de plus en plus courante. La loi autorise les auto-entrepreneurs à travailler directement chez eux, à condition qu’ils le déclarent dès l’ouverture de leur entreprise. Ils doivent même indiquer le nombre de mètres carrés dévolus à leur activité pour permettre le calcul de la CFE (cotisation foncière des entreprises).

Pour le confort de vos clients, vous devez penser à aménager un espace confortable et intime. Le lieu doit donc être correctement chauffé et aéré. Idéalement, vous devez pouvoir offrir du calme et de la tranquillité, même si de telles notions sont relatives dans les grandes villes de France.

Sachez également que si vous êtes locataire de votre appartement, vous devez d’abord recevoir l’autorisation d’y exercer votre activité d’auto-entrepreneur, même quand elle ne prévoit pas de recevoir du public. Enfin, votre activité de masseur bien-être auto-entrepreneur ne doit surtout pas provoquer de désordre dans la copropriété. Renseignez-vous avant de vous lancer, car certaines copropriétés interdisent clairement les activités indépendantes dans les étages.

Vous pourriez également aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.