L’anxiété généralisée est un trouble psychique classé parmi les différents troubles anxieux. Elle se caractérise par une inquiétude permanente et irrationnelle. La peur ressentie est excessive et surtout sans fondement concret dans le réel. Heureusement, des solutions existent pour vaincre le trouble anxieux généralisé.

C’est quoi un trouble anxieux généralisé ?

Le trouble de l’anxiété généralisé est une forme d’angoisse qui prend des apparences multiples et s’attache à tous les éléments du quotidien. Le patient qui en souffre est constamment inquiet et imagine le pire, même quand rien ne le suggère concrètement. Tant et si bien que cela finit par interférer avec ses activités et son bien-être.

L’anxiété généralisée se caractérise donc par deux traits fondamentaux. D’abord, son irrationalité, c’est-à-dire l’absence de lien concret entre l’inquiétude du patient et les faits réels et concrets mis à sa disposition. En d’autres termes, le patient anxieux craint toujours le pire et ne peut jamais se détendre. Un exemple classique, c’est celui du conducteur qui ne peut jamais rien laisser de précieux dans sa voiture, car il imagine toujours qu’on va lui voler.

Ensuite, le trouble anxieux généralisé se caractérise par l’impact qu’il a sur le quotidien de celui qui en souffre. Pour que l’anxiété devienne un trouble anxieux, elle doit avec des conséquences difficiles à gérer. Généralement, les patients qui souffrent multiplient les stratégies d’évitement, s’isolent et souffrent d’angoisser en permanence. De nombreuses activités deviennent impossibles pour eux.

Comment reconnaître un trouble anxieux généralisé : les symptômes

On peut parfois avoir du mal à reconnaître un trouble anxieux généralisé, surtout si on en souffre soi-même. L’anxiété se développe souvent progressivement pendant l’enfance. Elle s’aggrave généralement au début de la vie d’adulte et continue à évoluer progressivement tout au long de la vie. Résultat, ceux qui en souffrent ont souvent vécu toute leur vie avec ce problème. Ils n’ont donc même pas conscience que cette inquiétude permanente n’est pas normale.

Les symptômes de l’anxiété généralisée sont plus souvent psychiques que physiques. L’inquiétude permanente et irrationnelle, comme nous l’abordions plus tôt, est le symptôme le plus courant. Beaucoup de patients ont du mal à l’identifier, alors on peut s’intéresser aux autres symptômes psychiques.

Les patients anxieux, en effet, ont souvent des difficultés à dormir et présentent une forte irritabilité. Ils se réveillent au milieu de la nuit et ils sont souvent fatigués. Ils souffrent de tensions musculaires importantes et ils éprouvent des difficultés importantes à se concentrer. Dans les périodes où ils sont particulièrement tendus, ils ont également des trous de mémoire qui peuvent les inquiéter.

D’un point de vue physique, l’anxiété généralisée a des effets diffus. Les patients ont souvent des difficultés digestives (nausées, brûlures d’estomac, diarrhées, constipation, etc.) et des perturbations de l’alimentation (hyperphagie et longues périodes de perte d’appétit). Certains souffrent aussi d’une transpiration excessive et d’une hypervigilance qui les fait sursauter en permanence.

Bien sûr, l’anxiété peut aussi se caractériser par l’apparition de crises d’angoisse. Le patient souffre alors d’hyperventilation, d’un fort sentiment d’oppression, de difficultés respiratoires, de douleurs abdominales, de vertiges, etc.

Existe-t-il un test pour les troubles anxieux ?

Non, aucun test ne permet de certifier que vous souffrez de troubles anxieux. Diagnostiquer un trouble anxieux nécessite le savoir-faire d’un professionnel de santé reconnu, comme un psychiatre. Si vous éprouvez des difficultés au quotidien et que votre profil correspond à celui d’un patient souffrant d’anxiété généralisée, vous avez tout intérêt à en parler à votre médecin. C’est le seul moyen de poser un diagnostic concret et réel.

Bien sûr, vous trouverez sur Internet de nombreux tests à faire en ligne pour déterminer si vous souffrez d’un trouble anxieux et la nature de ce trouble anxieux. Vous devez vous méfier de ce genre de tests pour plusieurs raisons. D’abord, parce qu’ils sont incapables de poser un diagnostic sérieux. Ils ne vous aideront donc pas à affronter votre mal-être. Seul un professionnel le peut vraiment.

Ensuite, ces tests réclament souvent des informations personnelles de votre part, généralement une adresse électronique. Bien sûr, vous êtes libre de leur communiquer votre adresse. Néanmoins, sachez que cette collecte de données leur permettra de revendre vos informations et vous recevrez alors de nombreuses sollicitations non désirées.

Comment savoir si on souffre de troubles anxieux ?

Pour diagnostiquer un trouble anxieux, vous devez commencer par prendre conscience de votre mal-être. Comme nous le disions plus tôt, les personnes anxieuses mettent parfois des années à se rendre compte qu’elles souffrent. Comme elles ont souvent grandi avec cette inquiétude permanente, elles n’ont pas conscience qu’il est anormal de vivre avec ce poids permanent.

Ensuite, évidemment, se renseigner autour de soi, notamment sur Internet, permet d’explorer plus largement la question des troubles anxieux. Vous pouvez alors essayer d’en apprendre plus sur la nature de votre mal-être à travers de nombreux témoignages et les avis de professionnels. Attention tout de même à ne pas vous arrêter là, même si cette première prise de conscience fait souvent beaucoup de bien.

Si vous voulez vraiment aller mieux, vous devez vous assurer que vous souffrez vraiment d’un trouble anxieux. Pour cela, vous devez en parler à votre médecin généraliste. Il pourra vous rediriger vers un professionnel reconnu de la psychiatrie ou de la psychologie. Ils pourront vous faire suivre des tests officiels afin de mieux déterminer la nature de vos troubles et la marche à suivre pour les traiter.

Comment traiter un trouble anxieux généralisé ?

Souffrir d’un trouble anxieux généralisé peut être psychologiquement et physiquement épuisant. Heureusement, ce n’est pas un problème insoluble. Au contraire, c’est un problème qui se soigne très bien quand on a recours aux bons traitements.

Les traitements médicamenteux contre l’anxiété

Les médicaments contre l’anxiété sont très efficaces. Ils sont de deux types principaux : les anxiolytiques et les antidépresseurs.

Les anxiolytiques permettent de calmer immédiatement l’anxiété. On les prescrit aux patients qui ont un grand besoin de repos. Cela leur permet de reprendre des forces avant d’entamer une thérapie. Ces médicaments sont efficaces, mais impossibles à utiliser sur le long terme. Ils produisent une forte dépendance et de l’accoutumance. De plus, ils ne soignent pas l’anxiété, mais la font seulement disparaître temporairement.

Les antidépresseurs ne produisent pas la même accoutumance et on peut les prendre sur le long terme. Malheureusement, ils ne sont pas efficaces contre tous les types d’anxiété. Certains patients y réagiront très bien, quand d’autres n’y trouveront aucun intérêt.

Les solutions médicamenteuses ne sont donc pas idéales. Néanmoins, dans les cas d’anxiété extrêmes, leur soutien permet au patient de reprendre pied pour ensuite se soigner sur le long terme.

Les thérapies contre les troubles anxieux

Différents types de thérapies sont possibles pour vaincre les différents troubles anxieux. Leur efficacité est supérieure à celle des médicaments, mais elles demandent plus de temps. Elles exigent également un certain engagement de la part du patient. Voilà pourquoi, dans les cas les plus difficiles, elles ne sont pas envisageables avant un certain moment.

Là encore, on distingue deux types de thérapies : d’un côté, les thérapies comportementales et cognitives ; d’un autre côté, les psychothérapies.

Les psychothérapies se pratiquent auprès d’un psychiatre ou d’un psychologue. Elles se basent sur l’analyse progressive de la psyché du patient à travers la conversation. En parlant régulièrement avec le thérapeute, le patient va explorer ses difficultés, les analyser pour les comprendre et tenter de les résoudre progressivement. Une thérapie de ce genre peut durer des années.

Les thérapies cognitives et comportementales sont plus directes, et donc plus efficaces. Depuis quelques années, les psychiatres et l’Assurance maladie les recommandent de plus en plus. Elles se concentrent généralement sur un problème précis et passent donc moins de temps à explorer la psyché du patient. Pour traiter l’anxiété, une thérapie de ce genre va immédiatement se concentrer sur les origines du trouble. Ensuite, elle proposera des exercices comportementaux pour habituer le patient à affronter les situations qui lui posent problème d’habitude.

L’hypnose est-elle efficace ?

L’hypnose est aussi une solution efficace contre l’anxiété et les différents troubles anxieux. Malheureusement, tous les patients ne sont pas réceptifs à l’hypnose. Certains n’y seront pas du tout réceptifs quand d’autres ne constateront que peu d’effets bénéfiques. Heureusement, elle fonctionne très bien sur la majorité des patients qui y ont recours.

Face à l’anxiété, l’hypnose peut intervenir à différents degrés. On peut l’utiliser comme un simple soutien qui permettra de réduire le stress et l’anxiété, notamment avant un événement particulièrement angoissant. Sur le long terme, un recours régulier à cette technique peut permettre au patient d’apprendre à maîtriser, voire à vaincre, son anxiété.

On peut aussi utiliser l’hypnose pour aider le patient à intégrer plus paisiblement les sources traumatiques de son angoisse. Dans le cas d’une anxiété apparaissant après un traumatisme, l’hypnose aide le patient à digérer l’événement et à refouler le traumatisme plus efficacement pour qu’il cesse de refaire surface. Pour cela, on conseille de se tourner vers un psychiatre hypnothérapeute plutôt qu’un simple hypnothérapeute.

Améliorer son hygiène de vie

Dans le combat contre l’anxiété, on ne doit surtout pas perdre de vue l’impact de l’hygiène de vie sur l’anxiété. Bien sûr, une mauvaise hygiène de vie ne suffit presque jamais à expliquer l’origine d’un trouble anxieux. Néanmoins, quelques petits efforts sur l’organisation de votre quotidien peuvent vous aider à vaincre l’angoisse et à améliorer votre confort.

On recommande surtout la pratique régulière d’une activité physique suffisante. Cela permet de détendre les muscles et l’organisme. La sécrétion d’hormones liées à l’activité physique améliore la qualité du sommeil et offre un sentiment de bien-être qui repousse les symptômes de l’anxiété. Ce n’est jamais une solution définitive, mais le sport participe au bon équilibre psychique.

La qualité du sommeil et de l’alimentation est aussi essentielle. Pour mieux dormir et moins souffrir de l’angoisse, prenez l’habitude de vous coucher à des heures raisonnables, mais surtout régulières. En vous couchant et en vous levant tous les jours à la même heure, vous serez plus reposé et vous trouverez plus facilement le sommeil.

Enfin, une alimentation saine est également très importante. Une alimentation trop grasse et trop sucrée est mauvaise pour la santé physique, mais aussi psychique. Le gras, le sel et le sucre stimuleront excessivement votre cerveau. Il sera donc facilement en manque, ce qui augmentera l’angoisse. En plus, une mauvaise alimentation vous empêche de synthétiser tout ce dont vous avez besoin pour aller mieux. À ce titre, on déconseille aussi fortement la consommation de tabac et d’alcool.

Les massages bien-être contre l’anxiété généralisée

Pour lutter contre les tensions, les massages bien-être sont une excellente solution que l’on conseille très souvent. Ils s’attaquent à différents aspects de l’anxiété, aussi bien physiques que physiologiques et psychiques.

D’un point de vue physique, les massages bien-être permettent de vous libérer des tensions musculaires que l’anxiété provoque. Ce relâchement physique procure une sensation de détente profonde et a des impacts importants sur le reste de l’organisme.

D’un point de vue physiologique, les massages bien-être prennent soin de vos organes et de vos récepteurs hormonaux. La détente musculaire s’accompagne aussi d’une détente plus générale du corps. Un bon massage du ventre, par exemple, peut faire des miracles pour améliorer votre transit. De plus, un bon massage favorise la sécrétion d’hormones essentielles pour le sommeil, le bonheur et la détente (ocytocine, mélatonine, sérotonine, etc.).

Or, quand votre cerveau baigne dans ce cocktail d’hormones qui vous détendent, il n’a plus autant de place que d’habitude pour générer de l’anxiété et des peurs irrationnelles. Un bon massage vous permet donc d’éloigner temporairement l’angoisse générale qui vous assaille. C’est aussi une très bonne habitude et un excellent allié pour vous accompagner dans votre parcours afin de vaincre définitivement vos troubles anxieux.

Quelles sont les causes de l’anxiété ?

On ne peut pas définir précisément les causes et les origines d’un trouble anxieux. Elles varient beaucoup d’une personne à l’autre. Chez certains patients, les origines de l’anxiété seront très claires. Chez d’autres, on aura besoin d’un travail analytique plus important pour les comprendre et les cerner précisément.

Malgré tout, on distingue deux origines très fréquentes : l’origine traumatique et l’origine environnementale.

Quand l’anxiété est traumatique, c’est qu’elle apparaît après un événement traumatisant. C’est souvent le cas quand le trouble anxieux dominant est une phobie. Par exemple, si vous avez eu un accident de voiture dramatique, vous développerez peut-être une phobie de la voiture ou une angoisse généralisée importante après.

Quand l’anxiété est environnementale, son apparition est plus progressive et diffuse. Les personnes anxieuses ont tendance à communiquer leur anxiété à leurs enfants. Des parents qui s’inquiètent pour tout vont, sans même y penser, encourager leurs enfants à se méfier de tout et de tout le monde pour s’assurer qu’il ne leur arrive rien. Résultat, l’enfant qui grandit dans la peur permanente développera une anxiété généralisée.

Enfin, la science considère de plus en plus sérieusement une nouvelle théorie : l’origine génétique de l’anxiété. L’angoisse généralisée proviendrait également d’une suractivité permanente de la glande amygdale dans le cerveau (une zone dédiée à la gestion des peurs). Or, cette suractivité pourrait être liée à des dispositions génétiques. Les mêmes dispositions qui favorisent ou non certains types d’activités cérébrales, morbides ou non. Cette théorie est encore largement débattue.

Qu’est-ce que l’anxiété peut provoquer ?

L’anxiété généralisée provoque d’abord un sentiment général d’inquiétude et de mal-être permanent. Cependant, elle peut avoir des conséquences beaucoup plus importantes sur la santé à long terme.

D’un point de vue purement psychique, l’anxiété ne connaît jamais de forme stable et durable. En d’autres termes, elle est en constante évolution, même si elle peut être lente. Résultat, on a toujours tort de ne pas essayer de soigner son anxiété. Un trouble anxieux généralisé léger peut finir par provoquer des phobies et des difficultés importantes. D’autant plus que l’anxiété s’aggrave rapidement chez les seniors.

D’un point de vue physique, l’anxiété a de nombreux impacts. Certaines théories suggèrent qu’elle aurait une influence sur l’apparition des cancers digestifs, notamment en provoquant des brûlures d’estomac et des difficultés digestives. Elle favoriserait également l’hypertension et les difficultés cardiaques qui l’accompagnent.

Peut-on considérer le trouble anxieux comme un handicap ?

Les troubles anxieux peuvent être très handicapants au quotidien. Même quand le patient sait que ses peurs sont irrationnelles, elles le dominent et peuvent devenir incapacitantes. Dans certains cas, cela empêche de vivre une vie sociale riche et pleine. Cela peut même vous empêcher de travailler correctement.

Malheureusement, on considère très rarement les troubles anxieux comme des handicaps. Seules leurs formes extrêmes pourront l’être. Dans ce cas-là, vous devrez consulter un psychiatre, car il est officiellement médecin et qu’il sera toujours le seul à pouvoir vous déclarer en situation de handicap.

Trouble anxieux généralisé : les cas de la somatisation

La somatisation est un principe en psychiatrie et en psychologie qui représente la transposition d’un trouble psychique en trouble physique. Les cas de somatisation sont nombreux et variés. Dans les travaux de Freud sur la névrose et la psychose, on retrouve de nombreux exemples. Certains de ses patients, par exemple, boitaient à cause d’un événement traumatisant qu’ils avaient mal refoulé.

Dans le cas de l’anxiété, les somatisations sont assez fréquentes, même si la forme et l’intensité des symptômes sont très variables. Les personnes qui souffrent d’un trouble anxieux généralisé, mais qui ne le traitent jamais, somatiseront souvent à travers des crises d’angoisse violentes et douloureuses. Ce genre de crise est toujours le signe d’un problème plus profond qu’on ne doit pas ignorer. Avec un bon suivi, elles se soignent très bien.

Quel est le trouble anxieux le plus grave ?

On pourrait tenter de classifier les troubles anxieux en fonction de leur gravité, mais ce serait une entreprise vaine. Pourquoi ? Parce que la gravité d’un trouble anxieux dépend de l’intensité de ses symptômes plutôt que de sa nature.

Par exemple, une phobie peut sembler être un trouble anxieux beaucoup plus grave qu’une anxiété généralisée diffuse. Pourtant, certaines phobies légères ne provoquent que des stratégies d’évitement alors qu’un trouble de l’anxiété généralisée peut produire d’importantes et nombreuses crises de panique. Des crises qu’une phobie peut aussi provoquer.

Chaque cas est donc très différent, ce qui rend la question des troubles anxieux délicate. C’est aussi pour cela qu’on ne doit pas rester seul face à ce problème et solliciter le plus d’aide possible. Bien sûr, on doit en parler à ses proches, mais on doit surtout se tourner vers des professionnels. D’abord des professionnels du monde médical, puis des professionnels du bien-être qui vous accompagneront et vous soutiendront.

Vous pourriez également aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.